Photo de couverture : © Mathieu Kuhn

Une chose est sûre, la nouvelle scène pera strasbourgeoise a trouvé ses lettres de noblesse au nombre de quatre : HIBA ! Rappelez vous, on vous en parlait déjà en novembre dernier à l’occasion de la sortie de leur EP Multijuice.

HIBA, c’est un duo constitué par deux frères strasbourgeois, Amor & Isma en 2018. Oubliez vos repères et vos acquis en matière de rap, les deux freros ont eu l’intelligence et la finesse de développer une approche novatrice, un style singulier porté par une démarche fraiche et inédite, et ça fait du bien. Sur des prods toujours bien léchées, les flows sont tantôt chantés, tantôt débités avec l’art et la manière, entre douceur et technicité, calme et brutalité.

Tout comme les talentueux Harbor et Hexpir ou encore ce bon vieux Chromy, HIBA font partie de cette nouvelle vague d’artistes strasbourgeois qui se sont saisis des codes et de la dynamique actuelle pour créer leur univers et se donner les moyens d’arriver à leur fin. Leur crédo ? Une dévotion totale à leur art, une direction artistique claire et une technique de communication ludique et dans l’air du temps.

Qu’on parle d’esthétique visuelle ou de ce qu’ils sortent du studio, le duo fait mouche, systématiquement.

© Mathieu Kuhn

Après Multijuice : 14 Lunaire

Moins d’une année est passée depuis la sortie de leur premier projet « Multijuice ». L’année suivante, les deux frères ont alors passé quelques temps à distance l’un de l’autre; Isma en Australie, Amor au bled, en Tunisie. Mais hors de question que cette séparation momentanée soit un frein à leur créativité. Chacun de leur côté de la planète, les deux frères se mettent au boulot et quelques mois plus tard, présentent un nouvel Ep « 14 Lunaire », avec l’idée sous-jacente de se réunir à travers leur musique.

« Selon la culture zarzisienne (sud de la Tunisie), le 14ème jour du mois Lunaire, il est possible de voir la lune et le soleil dans le même ciel. Le titre « 14 Lunaire » est tiré de cette culture. Elle se base sur la séparation qu’on a vécu avec mon frère. En effet, on se trouvait à 16054 km l’un de l’autre. Lorsque l’un voyait le soleil, l’autre voyait la lune » m’éxplique Isma.

Résultat ? Un projet surprenant qui contient trois solos de chacun des rappeurs, et le ressenti des approches et des sentiments différents que les deux frères possèdent à 16 054 kilomètres de distance. Et comme pour mieux se réunir ensuite, les deux artistes profitent de cette démarche unique pour pousser leurs propres identités musicales à leur paroxysme.

Pour mieux comprendre le concept, le mieux est encore de jeter un coup d’oeil et d’oreille à ces trois clips issus du projet. Le premier, Bella, de Isma sur le chemin de l’aller, le second, « Chief Keef » de Amor tourné en Tunisie et le troisième, « J’arrive », au retour de Isma.

« Bella » de Isma tourné à Barcelone pendant une escale avant l’Australie.
« Chief Keef » de Amor tourné en Tunisie

« Pour la petite histoire, lors du tournage du clip de Chief Keef , Amor a fait un accident de voiture avec son réalisateur. Lorsqu’ils sont sortis constater les dégâts, ils ont posé la caméra à l’extérieur de la voiture quelques secondes, assez pour que quelqu’un la vole alors qu’elle contenait déjà déjà plusieurs rushs du clip. Amor était vraiment déterminé à finir son clip, il a alors choppé une nouvelle caméra et a tourné tout seul le reste de sa vidéo. Il a ensuite assemblé le peu d’images qu’il lui restait avec celles qu’il avait tourné.

Quand Isma m’a raconté cette histoire, je ne m’attendais pas à voir une telle pépite visuelle. Cela pour vous rappeler que même quand on vit des coups durs, il ne faut pas baisser les bras. C’était la minute Dalaï Lama, c’est gratuit c’est pour moi.

« J’arrive » de Isma tourné à Strasbourg à son retour.

De son côté, Isma, fidèle à son amour du rap présente sur 14 Lunaire une palette d’instrumentales toutes plus techniques et différentes les unes que les autres. Il démontre une fois encore par la même occasion, sa capacité à débiter des punchlines percutantes sur des thèmes embrassant mélancolie, joie et amertume, toute en finesse. Tout juste !

Amor lui, soigne la forme comme le fond et propose des sonorités nouvelles, des textes doux qui respirent l’authenticité, avec des influences future beat, funk, bedroom pop et bien sûr rap, toujours raccord avec son identité artistique.

Immédiatement à l’écoute, on saisit la fluidité naturelle et l’harmonie du duo, complémentaire au possible, percutant dans le style comme dans les textes.

Isma par © Samuel Compion

Vous l’avez compris, HIBA est à suivre de prés, et des nouveautés bien fraiches arrivent plus vite qu’un BPM à 120. Des clips sont en tournage cet été et un nouvel EP est prévu pour septembre. Une rentrée 2020-2021 qui s’annonce plus hip-hop que jamais sur Strasbourg.

Retrouvez toutes les infos et sorties par ici et prenez vos claques auditives et visuelles par là.

En attendant les prochaines bombes, on vous laisse quelques clichés de Isma réalisés de bon matin, en style et en soleil.

Plus d'articles