On pouvait s’y attendre, nous sommes désormais fixés ! Hier soir, lors de son allocution, Emmanuel Macron annonçait une prolongation du confinement pour une durée d’un mois : le confinement le plus strict doit se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai. Je mesure pleinement l’effort que je vous demande. Les règles devront être respectées et appliquées.”

Aussi, il indiquait sans réelle surprise l’annulation des festivals de musique et autres événements impliquant de grands rassemblements  « jusqu’à mi-juillet au moins »« La situation sera collectivement évaluée à partir de mi-mai, chaque semaine, pour adapter les choses et vous donner de la visibilité. » 

Il a par ailleurs assuré qu’un “plan spécifique pour la culture et l’événementiel” sera imaginé avec des annulations de charges et des aides spécifiques. Le 11 mai sera alors le début d’une nouvelle étape qui tiendra compte des résultats obtenus jusque là. Au total, ce sont des dizaines d’évènements qui sont impactés par cette crise sanitaire exceptionnelle en France, du Festival d’Avignon aux Solidays en passant par le Hellfest. Du côté de chez nous, le NL Contest a été reporté les 28, 29 et 30 août pour le moment, tandis que le Pelpass Festival ou encore les Eurockéennes de Belfort… Ça sera pour l’année prochaine.

Loin de nous l’idée d’être pessimistes, mais on imagine mal comment, même après la mi juillet, il serait possible de tout recommencer d’un seul coup. Selon le médecin Ezekiel Jonathan Emanuel, directeur du Healthcare Transformation Institute de l’Université de Pennsylvanie qui s’est confié à Konbini, tous les événements à même d’accueillir plusieurs centaines de personnes sont directement menacés dans un plus long terme. Selon le médecin qui faisait partie d’un panel d’experts réuni par le New York Times pour évoquer l’après confinement, « le redémarrage de l’économie doit se faire par étapes » et les événements rassemblant du monde font partie de « la dernière étape » de ce long processus. 

Photos : Martin Lelievre

Plus d'articles