Tu es jeune, plein d’énergie, et un petit job t’aiderait à arrondir tes débuts, milieux et fins de mois ? Alors pourquoi pas un travail de nuit ? 

Faire partie des 9 % de salariés ayant choisi de gagner leur croûte en travaillant la nuit peut t’offrir quelques avantages non négligeables. Par exemple tu auras plus de temps libre pour faire d’autres activités pendant la journée (shopping, sport, ballades…). Si tu es étudiant, avoir un job de nuit peut de donner la possibilité d’allier emploi et études (pense à dormir quand même un peu !). Tu éviteras également les embouteillages sur la route, ou les trams bondés aux heures de pointes (grosse source de stress pour les travailleurs diurnes). De plus, les salaires sont généralement  plus intéressants (même si en fonction de secteurs ou des employeurs, ce n’est pas forcément le cas ). Enfin, les postes à pourvoir sont globalement plus nombreux, les personnes disponibles pour travailler la nuit étant plus rares.

Cet article ne te donnera que quelques idées de jobs ne nécessitant pas de formation ou de diplôme particulier. Ainsi, si ton rêve est de travailler aux urgences de nuit, de fabriquer avec tes mains habiles de délicieuses baguettes croustillantes et des croissants au beurre, ou d’effectuer des rondes de nuit dans un véhicule spécialisé afin d’assurer la sécurité de notre belle ville, tourne-toi vers les organismes de formations spécifiques permettant l’accès à ces métiers où les postes de nuit font partie du quotidien des travailleurs.

Avant toute chose, sache que l’accès au travail de nuit ne te sera accessible légalement que lorsque tu auras soufflé tes 18 bougies ! En effet, la loi française interdit le travail de nuit pour les mineurs, à l’exception de situations très particulières, que je ne vais pas développer ici !

Le travail de nuit comprend une activité comprise entre 21h et 6h, et est généralement sujet à une majoration de salaire comprise entre 10 et 60% du salaire de référence. Pour obtenir tous les détails juridiques et réglementaires, consulte les sites officiels du Ministère du Travail, et renseigne-toi sur la Convention collective appliquée au domaine que tu vises. 

Petit tour d’horizon (non exhaustif) des possibilités qui te sont offertes d’aller rejoindre pour une nuit ou pour une vie, les travailleurs de l’ombre !


Baby Sitter

Le baby sitting est un moyen assez simple de te familiariser avec le travail de nuit. Car oui, avoir la confiance de parents pour veiller sur la prunelle de leur yeux pendant leur absence est un véritable travail (même si Junior est assez sympa pour pioncer toute la nuit et te laisser par la même occasion la possibilité de réviser tes cours ! ) 

Ici, tu pourras éprouver ta capacité à résister au sommeil (car bien évidemment, il est exclu de t’endormir pendant ta mission), à te sentir bien malgré un horaire décalé, et à éprouver un réel plaisir à rentrer chez toi au petit jour et croiser le commun des mortels partant au travail les yeux embués de sommeil. 

Petit rappel important : le baby sitting est une activité salariée et nécessite un contrat de travail obligatoire. Toute activité de garde d’enfants non déclarée (ou sans contrat de travail) est donc illégale. Même si la tentation de travailler « au black » dans ce domaine est grande, sache qu’être déclaré te permettra d’être assuré, d’avoir une couverture sociale, et te protègera en cas d’accident qui pourrait survenir à Junior pendant ta garde. Rappelle-toi que tu as la responsabilité d’un enfant, ce qui est loin d’être anodin… 

A savoir : salaire minimum = SMIC, soit 10,03 euros bruts de l’heure. Certains employeurs font la différence entre les heures de «garde effective»  durant lesquelles l’enfant est actif (repas, promenade, coucher…) et les heures  de «présence responsable» durant lesquelles l’enfant est couché, et qui peuvent être minorées. En revanche, il n’existe pas de majoration pour les heures effectuées de nuit, ou durant les week-end. Qualités requises: patience, rigueur, maitrise de soi, affinités naturelles avec les enfants…

Organismes à contacter : jobetudiant.net, kinougarde.com , yoopala.com , nounou-top.fr 


Agent d’entretien

Peu sollicité lors des recherches de jobs, le secteur de la propreté offre pourtant de nombreuses opportunités compatibles avec une vie étudiante. Lavage des sols et des surfaces vitrées, aspiration des moquettes, nettoyage des sanitaires, vidage des corbeilles à papiers… Voilà les principales missions confiées à un agent de propreté en entreprise.  Il est encore possible de dénicher des postes saisonniers ou permanents sans formation spécifique, surtout lorsque l’entretien est fait dans un environnement non spécialisé. Et nombre de structures font appel à des agents d’entretien en poste de nuit, pour éviter que le nettoyage ne gêne  l’activité diurne. 

Si le job ne nécessite pas de qualification particulière, il te faudra en revanche faire preuve  d’un minimum d’endurance et d’humilité. Si tu es une personne méticuleuse, soignée, dynamique et que tu n’as pas peur des efforts physiques, sors ton plumeau et consulte l’un des sites suivants :  rassemblons-nos-talents.com , indeed.fr , moovijob.com 


Veilleur de nuit 

Ce métier consiste à surveiller les personnes et les biens. En tant que veilleur de nuit (night auditor dans le jargon hôtelier), tu assureras la sécurité des résidents, ou des locaux. Tu pourras être amené à être confronté à des situations d’urgence, tu géreras  le standard téléphonique et pourras être amené à effectuer différentes taches administratives. 

Le métier demande une certaine polyvalence. Il est nécessaire d’avoir de bonnes connaissances en matière de premiers secours et de sécurité incendie. Il faut se montrer responsable, autonome, rigoureux et être réactif lors d’éventuels incidents. Avoir le sens relationnel, de l’accueil et du service est impératif, et la maitrise de l’anglais est indispensable pour travailler dans un hôtel. 

L’accès au métier varie selon la structure dans laquelle la personne souhaite travailler. Au sein d’un hôtel, les titulaires d’un diplôme relatif à l’hostellerie sont très recherchés. Dans d’autres secteurs, une formation interne est souvent assurée par l’entreprise.

Les organismes qui recrutent : centres hospitaliers, maisons d’accueil, centres médico-sociaux ou socio-éducatifs, structures hôtelières. 


Porteur de presse 

Chaque jour, des milliers de lecteurs reçoivent au petit matin leur quotidien livrés par les « paper boys » ou « paper girls » de nuit ! 

Les ventes de presse numérique augmentent, mais le portage représente toujours 56 % de la diffusion ! La plupart des journaux sont distribués avant 7h30. Le porteur démarre son travail vers 2 ou 3h, récupère ses exemplaires sortis d’imprimerie, et les livre un à un, en voiture, en 2 roues ou à pied, par tous les temps, souvent avec une lampe frontale pour ne pas rater la boite aux lettres dans le noir . En moyenne, une tournée dure 2 à 3h, pour livrer 200 à 350 journaux. 

C’est un métier qui recrute, les annonces fleurissent ! Avoir son permis B, ainsi qu’un véhicule est souvent demandé, afin d’aller récupérer son lot de journaux au dépôt.  

Pour trouver les offres, consulte la rubrique « portage » des sites de presse régionale. 

Une course de porteurs de presse en 1933

Inventoriste  

Késako ?? Une fois par an, les enseignes de distribution doivent faire l’inventaire de leur stock et recrutent des armées d’inventoristes, en intérim ou en CDD. Les inventaires sont une obligation légale pour toutes les entreprises ayant des marchandises en stock. Au moment où elles clôturent leurs comptes annuels, elles doivent répertorier tous les produits qui sont dans leurs rayons ou leurs entrepôts. Dans les petits commerces, ce sont souvent les employés qui s’y collent, mais dans la grande distribution, les enseignes recourent généralement à des intérimaires.  Aucun diplôme n’est requis, mais il faut être rigoureux, rapide, être capable de réaliser des opérations de calcul simples et savoir rentrer des données dans un terminal informatique. 

Les offres d’emploi sont généralement proposées directement par les enseignes, ou par des agences d’intérim. 


Surveillant d’internat 

Si tu as 20 ans ou plus, au minimum un niveau Bac, et que l’idée de retourner au lycée ne te provoque pas des sueurs froides, tu peux être surveillant d’internat !  Quelques nuits par semaine, tu encadreras des collégiens ou lycéens. Le travail consiste très souvent également en une aide aux devoirs, un accompagnement à la vie collective, et bien sûr, un contrôle et une gestion des comportements. En ce sens, tu peux envisager ce job si tu as une «autorité naturelle» et si tu te sens prêt à gérer correctement d’éventuels conflits. 

Site à consulter : www.fr.jooble.org


Écoutant social 

Si tu aimes aider ton prochain, que tu as une personnalité rassurante et un véritable sens de l’écoute, tu peux te tourner vers ce job. La Samu social, par exemple, recrute régulièrement des écoutants pour sa ligne d’urgence, le 115. La ligne est accessible aux personnes dans le besoin 7j/7 et 24h/24. Des contrats à temps partiel et en horaires décalés sont proposés aux étudiants.  


Serveur en club ou bar de nuit 

Un job pour celles et ceux qui aiment la fête et la musique ! Même si le métier exige des aptitudes certaines, tu peux sans grande difficulté décrocher un poste dans l’un des clubs nocturnes de notre belle ville ! Si le bouche à oreille est souvent de mise dans ce secteur, certains établissements publient régulièrement des offres sur leur page Facebook ! Tiens-toi informé !

Ce métier exige une dose de «folie» plus ou moins marquée en fonction de l’établissement qui t’embauche, et un look si possible en accord avec la clientèle ou l’esprit du lieu. Mais il requiert malgré tout de la rigueur et du sérieux afin de ne pas se laisser déborder par la clientèle au moment des « coups de feu », et afin de ne pas se laisser influencer par les tentations de la nuit … Car oui, même si tu crois que tu es plus performant ou dynamique après 2 ou 3 verres, sache que travailler au bar exige que tu restes sobre et en pleine possession de tes moyens jusqu’au bout de la night. Le but : être encore capable de servir dignement les clients jusqu’à leur dernier verre, et de ne pas te tromper dans le calcul de l’addition (passé 3h du matin, des neurones alcoolisés peuvent trouver compliqué de calculer le prix d’une commande de 6 ou 7 boissons différentes et de rendre la monnaie sans se tromper !)

Autres pistes à explorer dans les établissements de nuit : vestiaire, videur, dame ou monsieur pipi, Dj, Vj, gogo dancer et/ou drag queen … 

Maintenant, pour dénicher le night-job de tes rêves, c’est à toi de jouer … mais n’oublie pas de rentrer te coucher 🙂

Dominique François

Plus d'articles