Aujourd’hui j’ai rencontré les deux protagonistes à l’initiative de l’association Catacombe.

Mika et Ben, président et vice-président, me racontent leur démarche :

Quand est-ce que vous avez eu le déclic de la création de l’association ?

Mika : L’idée vient de fin 2016. Je rentrais de saison à Ibiza et Ben m’a contacté après avoir vu une photo prise en after de Solomun publiée sur mon mur (rires). On s’est tout de suite entendus sur l’idée de créer une association dans le but de promouvoir notre vision de la techno.

Ben : Par la suite Mika a connecté les gens de son entourage qui ont le même état d’esprit et de là, l’association s’est créée.

C’est quoi l’objectif ?

Ben : L’objectif c’est de pouvoir nous éclater. Je pense qu’on a trouvé un concept qui nous ressemble, qui est frais et authentique. On aime prendre du plaisir à diffuser notre perception de la musique à travers les événements éphémères qu’on propose à la nuit strasbourgeoise depuis 2017.

Mika : C’est avant tout une ambiance qu’on a essayé d’amener à la scène techno strasbourgeoise, en créant une atmosphère sombre et épurée. Dark, comme on aime.

Comment avez-vous décidé de lancer le projet ?  

Ben : Ça s’est déroulé en deux parties : On a d’abord entamé une résidence au Vog (actuel Next), ça nous a permis de nous faire la main et de développer notre réseau. Par la suite on a décidé de sortir du format club en cherchant un concept de soirée qui était différent. A cette époque beaucoup de crews strasbourgeois se sont arrêtés, donc on s’est dit qu’on avait notre place et qu’il suffisait de développer notre idée, d’où le fait de nous positionner en particulier sur des afters.

C’est quoi votre intérêt particulier ?

Mika : Nous avons des membres complets : Un graphiste, un vidéaste, un community-manager, un ingé-son et un chauve. (rires)

Ben : Nous amenons notre système son et notre scénographie pour créer l’atmosphère qui nous est propre et c’est ça qui fait notre différence. 

C’est quoi la soirée qui vous a fait décoller ?

Mika :  C’était en août 2017. Il s’agissait d’un évènement en deux étapes, du samedi au dimanche. En intérieur d’abord puis en extérieur, dans un lieu inédit qui se situe à côté de la Laiterie. Nous avions visé 300 personnes au départ et avons finalement atteint 500 personnes sur le weekend. L’open-air a dû être écourté à cause du mauvais temps et de la maréchaussée, mais nous avions fait notre nom et c’était le principal.

Ben : « le chauve approuve »

Pourquoi avez-vous choisi de faire particulièrement des afters ?

Mika : Trouvant difficile de s’implanter sur une scène strasbourgeoise déjà bien garnie, il était devenu pour moi évident que nous devions nous positionner sur un autre créneau : les afters. C’est ce qui nous a valu notre notoriété.

Ben : Dormir c’est pour les faibles ! (rires) Plus sérieusement, on a trouvé un super spot, un super concept alors on a foncé. L’idée c’est aussi d’apporter un prolongement aux nuits strasbourgeoises. On essaie au même titre que d’autres associations d’animer cette ville et en tant que clubbers, on est contents que Strasbourg s’active. Si ça ne tenait qu’à moi, on devrait pouvoir s’amuser du jeudi au dimanche soir !

C’est quoi votre prochain événement ?

CE SAMEDI MATIN !

Après la 2SCHUSS party de Longevity. Ça se passe à partir de 6h00 au Studio Saglio.

Soyez en forme. La soirée promet d’être mémorable… 

Plus d’infos ici :

EVENT : https://www.facebook.com/events/591966884678741/

PAGE : https://www.facebook.com/catacombeevent/

Ophélie T.

Plus d'articles